Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Plus les années passent, plus nous franchissons les étapes de l’anti-France, celles-ci deviennent banales lorsqu’elles sont prononcées par nos élites cosmopolites. Ces dernières de toute façon ne reconnaissent aucun sol, aucune patrie, rien ne les rattache à quelque chose, ils sont sans culture, sans culte. Ils ne savent que les plaisirs liés au consumérisme. Ils ont beau s’appeler Apolline de Malherbe, avoir des racines nationales, en réalité ils n’en sont pas. Pour moi ils ne valent pas mieux que ces enfants de l’immigration que je brocarde chaque jour, ils ne sont pas des nôtres, prêts à vendre père, mère, nation pour quelques postes à la télévision.
La carrière, et l’amour de l’autre comprenez de l’étranger sont les deux mamelles des réussites du monde moderne. Une époque que je rejette, et rejetterai tant que l’éternel me prête vie. Où sommes-nous donc ? N’a-t-on pour notre France que haine et mépris pour vouloir la déshonorer de la sorte ? Plus rien ne me surprend, surtout pas venant de ces ennemis, ces brocardeurs, ils vendent la terre de Clovis comme si c’était un champ de patates où chaque zadiste installait une tente. Un champ c’est donc devenu cela la France ? Tout est balayé d’un trait de plume comme si 1500 ans d’histoire n’étaient rien, qu’une goutte vouée à s’évaporer, à disparaître de la surface comme si son existence n’a jamais eu lieu.
Pourtant ils ne se cachent pas, ils n’ont aucune honte à lutter pour leur idéal, pour la disparition de la France, ils vont même jusqu’à s’étonner que le peuple ne veuille être minoritaire chez lui. « En quoi est-ce un problème » questionne Mme de Malherbe, oui en quoi ? Visiblement la star de BFM TV descendant de la lune ne comprend pas que les gens ne souhaitent pas vivre en France comme à l’étranger. Pour elle c’est une aberration, comment vivre en France avec des Français à la Française mais pourquoi ?
Si j’avais l’outrecuidance d’en faire de même pour le Japon, l’Amérique, la Chine ou le Congo, nous aurions entendu Mme de Malherbe hurler ses grands dieux au respect de la

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer