Vers la disparition des mairies et des maires au profit de politiques professionnels hors-sol à la tête de communautés d’agglomérations?

“Selon un calcul de l’AFP réalisé à partir du répertoire national des élus en tenant compte de l’effet du non-cumul des mandats, le nombre de maires ayant quitté leur fonction depuis 2014 est en hausse de 55% par rapport à la précédente mandature. «Il y a des mois où je ne savais plus comment payer les employés», déplore Philippe Rion, qui a dû «tailler sur tout», y compris en «arrêtant les commémorations nationales», avant de finir par augmenter la taxe d’habitation. «Les communes ne sont qu’une variable d’ajustement financière aux yeux de l’État», critique l’ancien maire dont le village de 380 habitants a enregistré une baisse de 50% en cinq ans de sa dotation globale de fonctionnement (DGF), principale contribution financière de l’État aux collectivités. Selon l’Observatoire des finances locales (OFGL), la DGF représentait 14,8% des recettes de fonctionnement des communes en 2017, contre 21% en 2013. Malgré une légère hausse de son montant global en 2018, près de la moitié des communes ont vu leur dotation baisser cette année, selon l’Association des maires de France (AMF), qui a réclamé mi-juillet la création «en urgence» d’un fonds spécial pour les communes les plus en difficulté” (suite). Lahire le salon beige  

  Source: parti-de-la-france.fr  

Voir sur le site du Parti de la France