Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Deux hélicoptères sur trois sont cloués au sol dans de « lourdes » opérations de maintenance (terme politiquement correct pour dire qu’ils sont délabrés et que la France n’a pas l’argent pour les réparer ou remplacer).
Pour avoir révélé cette vérité au président, un certain général De Villiers a été expulsé de l’armée, et les crédits encore diminués, car ce qu’on appelle « État providence », c’est à dire système collectiviste néo-communiste, ne peut créer que de la pauvreté.
L’état français du président Macron s’en sort aussi médiocrement qu’avec son prédécesseur. L’argent ne rentre pas bien, car ceux qui produisent la richesse sont assomés de taxes au lieu d’être libérés de la lourdeur administrative, le pays régresse, il est passé au 7e rang mondial (il était au 5e au siècle dernier), et il dépense aux quatre vents à cause d’un président qui flotte dans un costume trop grand pour lui.
Deux tiers des hélicoptères militaires français incapables de voler, cela confirme les accusations du président Trump qui juge que l’Europe ne dépense pas assez pour défendre ses enfants et son futur, et compte sur les USA pour cela- tout en crachant sur l’Amérique aurait-il pu ajouter.
L’hélicoptère d’attaque Tigre, qui fait l’objet de plus de trente contrats de maintenance, n’est plus capable d’attaquer que les nerfs des mécaniciens.
« Un seul hélicoptère sur trois en mesure de décoller » : avec ces quelques mots, le rapport de la commission des finances du Sénat décrit l’état du parc d’hélicoptères des armées françaises. Sur les 467 coucous vieillots en service (terre, mer et air), « 300, soit deux sur trois, sont indisponibles car engagés dans des opérations de maintenance lourde », précise Dominique de Legge, rapporteur spécial des crédits de la mission défense du Sénat.
Cette indisponibilité est devenue « chronique », insiste le rapporteur, qui est sénateur (LR) d’Ille-et-Vilaine, ce qui veut dire qu’ils ne sont bons que pour la casse et pour pouvoir « afficher » une flotte décente sur le papier – il faut dire que les dirigeants français sont formés à faire une guerre de papier, merci à leur

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer