Partager sur Facebook
Twitter
Google +

*
Des erreurs de recrutement et des électeurs abusés
La majorité présidentielle à l’Assemblée rencontre des problèmes avec certains de ses élus. Entre 40 et 60 députés La République en marche seraient des erreurs de recrutement à l’Assemblée, confirme Le Journal du dimanche et une cinquantaine d’entre eux n’en peuvent plus.
Alors que huit députés ont quitté La République en marche depuis le mois de juin 2017, d’autres ne seraient tout simplement pas à leur place et chercheraient à quitter la politique.Après plus d’un an et demi de mandat, certains s’interrogent sur les raisons de leur candidature qui les ont conduits dans cette galère et la qualité de leur recrutement par le groupe en vue des élections législatives de juin 2017.
Il n’a eu que de « quelques mois pour aller chercher les candidats », explique un ancien membre de la Commission nationale d’investiture, parfois des novices en politique, souvent inconnus qui n’auraient pas dû.
Cette CNI était présidée par Jean-Paul Delevoye, un ancien ministre de Jean-Pierre Raffarin et des élus du Parti socialiste. Ainsi, Anne Emery-Dumas, sénatrice (PS) de la Nièvre est du nombre. Jean Launay, député élu dans le Lot, est lui aussi encarté au Parti socialiste. François Patriat, sénateur élu dans la Côte-d’Or, est aussi membre de la principal composante de l’actuelle majorité. Il fait partie des suppléants désignés auprès de la commission.On remarque encore une personnalité politique: Christine de Veyrac, une ex-député européenne, qui fut membre de l’UDI. En-dehors de ces personnalités politiques, on note aussi la présence de Catherine Barbaroux, ancienne présidente de l’ADIE, association française de micro-crédit, qui intègre également l’ensemble. Elle a été déléguée générale à l’emploi et à la formation professionnelle. A ce titre, elle a travaillé auparavant avec Martine Aubry, Elisabeth Guigou, François Fillon et Jean-Louis Borloo.
Résultat, deux députés ont été priés de quitter le groupe : M’Jid El Guerrab, dès le mois de septembre 2017 (lien PaSiDupes), accusé d’avoir frappé un élu socialiste avec son casque et Joachim Son-Forget, poussé vers la sortie après une nuit de messages délirants postés sur Twitter (lien PaSiDupes).
Certains députés reconnaissent ne pas être faits pour le job 
Depuis le début de leur mandat, six députés ont claqué la porte de La

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer