Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Je suis tombé hier (sans me faire mal) je-ne-sais-où sur ce visuel comme on dit :µ

 
Je ne m’y serais pas attardé si un mien fils n’était pas passé par cette boutique dans les nineties du précédent siècle…
En effet, rien n’est surprenant en soi dans cette distribution. Elle est somme-toute fort banale quand on se souvient des scores nord-coréens du Pédalonaute dans les Instituts d’Etudes Politiques et les écoles de journalisme au printemps 2012.
Ça pourrait être pire…
Si on fait un compte à la louche, on observe d’abord qu’environ 10 % n’en ont semble-t-il rien à foutre. Cela peut paraître fort peu comparé à la population lambda, mais ça me semble énorme pour des guignols s’investissant dans ce genre d’études (qu’ils soient « services publics », « éco-fi » ou visent le journalisme…)
Mais voyons les autres :
– 51,6 % (J-Luc + Benoît) réclament l’application d’une politique économique arrivée aux affaires il y a 36 ans et totalement abandonnée au bout d’à peine 2 ans chez nous ; et partout ailleurs depuis des lustres…
<script src=’ src=’
– 59,2 % (Benoît + Mac Dron) réclament que rien ne change… Et qu’on puisse continuer à faire carrière…
– 79,3 %, enfin, réclament du sociétal-intégral-pour-tous, pour leur bite et leur Red-Bull, leur végane et leur clito, parce que, hein, ils le valent bien…
Bref, la démocratisation des études n’a rien changé : ce sont toujours des petits vieux avant l’âge, comme ça l’était déjà de mon temps.
Laissez-moi radoter un peu, c’est de mon âge (aujourd’hui…) De mon temps, donc, c’était avant. C’était encore les trente glorieuses mais nous l’ignorions puisqu’on était encore dedans. L’enseignement dit supérieur n’était encore pratiquement ouvert qu’à une minorité issue pour l’essentiel de la classe moyenne, voire de ce qu’on appelait la bourgeoisie ; notamment dans les disciplines du droit et de l’économie dont je hantais alors les bancs. Bien qu’alors déjà tout jeune salarié à temps (presque) plein, j’ai vécu de très près « mai 68″ dans les facs. En effet, bien qu’étant ce qu’on appelait alors un étudiant-travailleur poursuivant ses études, j’avais été très impliqué dans les assocs’ étudiantes et autres

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer