Extrait de l’Édition du 4 juin 2018 Réinfo, journal d’information bimensuel du Parti de la France

Sale temps pour les publicistes du vivre-ensemble, pour les commerciaux de l’enrichissement culturel, pour les orpailleurs des pépites de banlieues. Il faut bien reconnaître que les Français sont de moins en moins réceptifs à tous ces messages de paix et d’amour qu’ils reçoivent en pleine figure à longueur de rames de métro, dans les rues transformées en dépôts d’ordure ou à la lecture des pages Faits Divers de nos quotidiens régionaux. L’immigration, clandestine ou légale, n’a plus la côte. 53 % de Français estimaient, en 2017, selon un sondage Ipsos, qu’il y avait désormais trop d’immigrés non-européens en France. Et il n’est pas sûr que le taux ait baissé, en ce mois de juin 2018… Alors imaginez leur bonheur quand un vidéaste amateur capte l’ascension fulgurante de Mamoudzou Gassama qui, faisant fi de l’ascenseur social en panne, grimpe 4 à 4 des balcons pour secourir un chérubin qui s’était rattrapé au 4ebalcon, après avoir chuté du 6e, pendant que son coach, calmement posté sur le balcon d’à côté, semble lui expliquer comment faire des tractions sur un seul doigt. Vous n’y croyez pas ? Vous n’avez pas le droit de ne pas y croire. André Bercoff qui a émis quelques doutes sur cette affaire lors d’une émission télé, s’est attiré les foudres du CSA, qui a ouvert une instruction après avoir reçu des plaintes de téléspectateurs… Et surtout, là, il faut faire des amalgames. Tous les clandestins sont des héros, puisque Mamoudzou en est un.   Alors, il faut applaudir Mamoudzou. Mamoudzou est reçu à l’Élysée par l’Illuminé du Touquet. Tous les politiciens y sont passés, tous ont réclamé la naturalisation de Mamoudzou. Jusqu’à bien sûr, Marine Le Pen. À l’exception, bien évidemment du Parti de la France. On fait là dans la surcharge émotionnelle. Ceux qui ne veulent que la régularisation se font épingler par ceux qui veulent sa naturalisation, qui eux-mêmes se font tacler par ceux qui réclament en plus la Légion d’Honneur, comme Alexis Corbières. Et on attend ceux qui

  Source: parti-de-la-france.fr  

Voir sur le site du Parti de la France