Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Je voulais sur cet article mettre en avant un fait pas spécialement connu de vous tous, mais que votre portefeuille lui subit, étant donné que tout ce qui est relatif aux budgets locaux, ou nationaux vient de votre poche. Le racket organisé sur votre argent a pour seul objectif de financer tous les fainéants que compte ce pays.
Aujourd’hui une très bonne tribune d’Eric Brunet, publié sur Valeurs Actuelles que je me dois de vous diffuser.
Edito. La municipalité phocéenne somme ses agents d’effectuer réellement leurs 34 heures de travail hebdomadaires. Les syndicats protestent.
Si l’intersyndicale FSU, CGT et Unsa des employés de la ville de Marseille menace de faire grève, c’est que l’affaire est grave. En effet, les agents municipaux marseillais viennent d’apprendre qu’ils devront désormais travailler davantage… c’est-à-dire 34 heures par semaine ! Le directeur général des services de la Ville a été clair : le droit va désormais remplacer les usages adoptés par une partie des 11 556 employés municipaux marseillais au fil des années. Déjà, sur le papier, à la ville de Marseille, on travaille moins : 1 567 heures par an (soit 34 heures par semaine) au lieu des 1 607 heures légales (35 heures). Un cadeau de 10 millions d’euros par an, selon la chambre régionale des comptes, mais qui se justifie selon la municipalité par « la spécificité des conditions de travail à Marseille ». L’administration cite notamment l’« insécurité urbaine » ou la « prise en charge des populations en difficulté ».
Plus étonnant : dans les faits, à Marseille, certains se situent très en dessous des 34 heures théoriques. Le Canard enchaîné vient de révéler qu’une enquête préliminaire a été ouverte par le parquet de Marseille qui soupçonne un système de faux pointage permettant à certains employés du Samu social de gonfler le total de leurs heures travaillées. Le plus étrange, c’est que ce système semblait fonctionner avec l’aval de la Mairie ! Concrètement, chaque salarié devait travailler une semaine sur deux sur toute l’année sans aucune exception. Un mi-temps payé au prix d’un temps complet. Cette organisation

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer