Partager sur Facebook
Twitter
Google +
En France, on aime bien commémorer. On aime bien  » se souvenir « . Les commémos, c’est un merveilleux outil de com’ pour les gens au pouvoir: Voyez, les gens, on n’oublie pas et on est avec vous, on est comme vous, le chagrin et la douleur nous rassemble ! C’est aussi simple que cela. Et ça marche, ça donne de belles images dans les JT.
Il y a bien sûr les journées du souvenir: les armistices et les fins de guerres; celles-là, je les aime bien, on ne rend jamais assez hommage à ceux qui ont donné leur vie pour la Nation quand bien même, bien souvent, ils l’ont fait contraints ou forcés. Il y a les journées mémorielles, celles-là je ne les aime pas tant elles ne servent qu’à être instrumentalisées et récupérées politiquement: la journée pour l’abolition de l’esclavage, par exemple.
Et puis, il y a celles qui ne devraient pas me déranger mais qui finissent par me gonfler un brin. Tenez, depuis deux, trois jours, elles se succèdent: les  » anniversaires  » des attentats contre Charlie, contre l’hyper cascher, la mort de tel policier ou de telle policière; qu’on me pardonne, malgré le battage médiatique, leur nom m’échappe. 2015, les Kouachi et Coulibaly se déchaînent et de leur islamo-folie, il ne restera que des cadavres, des blessés et des gens traumatisés. Okay, paix à leurs âmes, compassion pour toutes les victimes, les blessés et leurs familles. Mais faudra-t-il chaque année commémorer ? Faudra-t-il chaque année donner l’occasion à nos ennemis de se réjouir à la vue des mines déconfites des autorités qui, empreintes (?) de solennité, s’en vont déposer des gerbes devant une, puis deux, puis trois, puis quatre plaques, le tout au pas de course ?
Et puis, ce qui serait bien, c’est que quitte à faire, faudrait voir à n’oublier personne… Charlie, l’hyper cascher, ça va, on ne risque pas d’oublier, y a tout le lobbying derrière pour qu’on n’oublie pas. Le père Hamel, on n’oublie pas non plus: un prêtre égorgé dans une église, ça marque les esprits… Mais, tiens donc, pourquoi le pauvre Hervé Cornara,

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer