Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Il y a tout juste un an, le 25 janvier 2017, le Canard se déchaînait contre François Fillon. Ayant en sa possession des informations de  » première main « , il accusait l’ancien premier ministre et leader de la droite pour la présidentielle de détournements de fonds publics et d’emplois fictifs. Il aurait employé fictivement son épouse Pénélope moyennant environ 500 000 euros sur huit ans. De la même manière, ses enfants auraient eux aussi profité d’emplois fictifs.
En pleine campagne présidentielle, les médias se déchaînent et avec une diligence inhabituelle la justice est saisie et ordonne au parquet national financier d’ouvrir une enquête.
La suite, on la connait. Le Canard, bien alimenté en informations confidentielles, Le Monde, tout aussi bien alimenté en PV d’auditions et plus généralement l’ensemble des médias français, la gauche et quelques véroles de droites  n’auront de cesse de feuilletonner et de tirer à boulets rouges sur François Fillon. Pourtant pressenti comme candidat au second tour, Fillon sera  » logiquement  » éliminé dès le premier.
2 juges d’instruction et pas moins de 14 enquêteurs travailleront l’homme et sa famille, 5 encore aujourd’hui. Une dizaine de personne (seulement) seront auditionnées et près d’une dizaine de perquisitions seront effectuées. François Fillon sera mis en examen, le candidat de la droite et du centre, pas vraiment adroit pour sa défense, était politiquement mort.
Malgré tous les efforts déployés par la justice et  » les indices concordants « , aucun élément à charge permettant une accusation formelle quelconque n’a, à ce jour, été retenue contre François Fillon, son épouse et ses deux enfants.
A ce jour, l’enquête tourne au ralenti, il n’y a plus qu’un seul juge d’instruction, plus que 5 enquêteurs pour s’occuper du dossier et François Fillon demeure toujours mis en examen pour « détournement de fonds publics » et « complicité et recel de biens sociaux ».
Un an après, une enquête qui piétine, aucun élément nouveau mais une élection présidentielle qui a été torpillée. Volée ?
Affaire Fillon: Un an après, où en est-on ? Nulle part, les Français, mémoire courte aidant, sont passés à autre chose et le candidat des médias est devenu Président

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer