Extrait de l’Édition du 20 février 2017 Réinfo, journal d’information bimensuel du Parti de la France

Il nous faut maintenant parler de Théo Luhaka plus connu sous son prénom Théo. Il nous faudrait le nommer par son petit prénom ; comme tout le mainstream médiatique, mais nous n’avons aucune envie de créer de l’empathie pour cet individu qui, ne l’oublions pas, s’est quand même rendu coupable, au minimum, d’un refus d’obtempérer, et, l’enquête progressant, visiblement de coups sur agent dépositaire de l’autorité publique. Pour information, le petit Théo fait tout de même 1 m 94, il a 22 ans et il n’aurait jamais bossé de sa vie…   De vous à moi, quand un policier ou un gendarme nous demande nos papiers d’identité, ou ceux de notre véhicule, nous avons droit à un salut, nous répondons par un bonjour en tendant nos documents, qui nous sont rendus également avec un merci, par un agent courtois, qui nous libère à nos occupations du moment. Et on est en droit de penser que cela se passe ainsi avec 99 % des Français de souche. Donc, pour se retrouver avec 4 policiers sur le dos ; il me semble que l’échange a dû être moins courtois et qu’au lieu de présenter ses documents, le petit chouchou des medias, le petit Théo d’une vingtaine d’années, a dû leur servir un langage fleuri, tel que celui enseigné dans les écoles de Najat… Évidemment, on peut aussi croire que les 4 policiers avaient été recalés au stage d’aguerrissement de la milice populaire nord-coréenne et qu’ils se sont défoulés sadiquement, tel des pédophiles écolos, sur ce pauvre passant, fréquentant à l’insu de son plein gré, un point de deal de drogue. Ce garçon n’a définitivement pas de chance, tombé sur les mauvais flics au mauvais moment, au mauvais endroit, il a de plus droit à la visite du plus grand looser de la Ve : M. Bricolage. Le même qui ne s’était pas déplacé au chevet des policiers brûlés vifs ou lynchés, le même qui n’assiste pas à la levée des corps des militaires tombés pour la France, dans les

  Source: parti-de-la-france.fr  

Voir sur le site du Parti de la France