Un homme atteint de graves troubles psychiatriques a attaqué des passants et des policiers mercredi à Toulouse en hurlant “Allah Akbar”. Plusieurs agressions de ce type, sans lien ni avec le terrorisme ni même avec l’islamisme se sont déroulées ces derniers mois, avec une régularité pour le moins étrange, en étant souvent le fait de déséquilibrés.

L’homme de 42 ans a agressé mercredi 13 en pleine rue des passants et des policiers dans le quartier des Minimes à Toulouse aux cris de “Allah Akbar”. Même si l’enquête n’a pas encore expliquée précisément les motivations de l’individu, le quadragénaire semblait passablement dérangé et avait en outre des antécédents psychiatriques. Il avait été hospitalisé dans un établissement spécialisé et en était ressorti en avril. Or, ce n’est pas la première fois que des agressions commises par des individus psychiquement instables et agissant en pleine rue hurlant “Allah Akbar” se produisent. A chaque fois, plusieurs points communs se retrouvent: un homme isolé, menant une attaque violente mais désordonnée, poussant le cri de ralliement déjà entendu chez les islamistes, mais dont l’action n’est pas réellement menée pour des considérations terroristes, ni en lien avec la religion. Le nombre cas rien que sur les six derniers mois est déjà éloquent. Dimanche 20 août, un individu a ainsi foncé sur des policiers dans le 18e arrondissement de Paris  en hurlant les deux mots. Agé de 51 ans, il a été interné. Mardi 25 juillet, c’est armé d’un couteau et muni d’un coran qu’un individu s’est retranché à son domicile avant d’attaquer des policiers intervenant sur les lieux à Villeurbanne, dans le Rhône. Il vociférait “Allah Akbar” en agitant sa lame de 40 centimètres  quand les forces de l’ordre l’ont neutralisé avec des pistolets à impulsion électrique. Dimanche 18 juin, c’est dans un secteur plus inattendu, la petite commune deLaroque-Timbaut dans le Lot-et-Garonne, qu’un agriculteur de 56 ans été poignardé à proximité de sa moissonneuse-batteuse  par un trentenaire arrivé sur les lieux en scooter. Selon les premiers éléments de l’enquête, l’agression s’expliquait par un différend au niveau du bruit de la moissonneuse. C’est pourtant bien aux cris de “Allah Akbar” que le quinquagénaire

  Source: parti-de-la-france.fr  

Voir sur le site du Parti de la France