Partager sur Facebook
Twitter
Google +

D’habitude je rédige l’ensemble de mes textes mais cette fois-ci je vais publier un très bon billet de l’info citoyenne sur la situation ubuesque de Benalla en comparaison avec celle de l’ex-boxer Dettinger.
« Alors qu’Alexandre Benalla, barbouze notoire et « boxeur de manifestant », est libre comme l’air et bénéficient même de passeports diplomatiques pour faciliter ses déplacements, Christophe Dettinger, le « boxeur Gilets Jaunes », a été placé en détention provisoire dans l’attente de son procès.
Visiblement, mieux vaut être un « ex-proche » du Président face à la justice. Plongé au cœur de deux affaires, Alexandre Benalla est aujourd’hui libre comme l’air. A contrario, Christophe Dettinger, le « boxeur Gilets Jaunes », est aujourd’hui sous les verrous dans l’attente de son procès, fixé au 13 février prochain.
Suivant les réquisitions du procureur, Christophe Dettinger a été placé en détention provisoire pour « violence en réunion ». Très cyniquement, le procureur a également pointé, comme fait agravant, le fait que Dettinger avait disparu pendant deux jours avant de se rendre à la police. »
« Cette réaction, c’est comme si dans le métro je voyais une dame agressée par dix personnes. C’est une réaction normale. »
Christophe Dettinger, lors de sa déposition
Si l’ex-boxeur professionnel a déclaré être venu à l’acte VIII de la mobilisation pour « manifester pacifiquement » et qu’il regrettait ses actes, c’est avant tout le contexte ultra-répressif qui l’a poussé à intervenir. « Cette réaction, c’est comme si dans le métro je voyais une dame agressée par dix personnes. C’est une réaction normale » a t’il ainsi déclaré dans sa déposition. Pourtant, malgré les milliers de mutillés et blessés à coup de flashballs depuis le début de la mobilisation, cet argument n’a semble t-il pas été retenu… Ce qui, en définitive, est loin d’être une surprise.
Deux poids, deux mesures donc, et Christophe Dettinger se retrouvera sur le banc des accusés le 13 février prochain. En attendant, sa mise en détention provisoire a déclenché une saine colère au sein du mouvement des Gilets Jaunes. Alors que le gouvernement entend légiféré pour restreindre un peu plus le droit

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer