Tout au long de son voyage au Levant, la chancelière Angela Merkel s’est présentée comme une personne de bonne volonté souhaitant apporter la contribution de son pays à l’aide aux réfugiés syriens. Mais ses interlocuteurs l’ont perçue comme un acteur de la guerre contre la Syrie, masquant ses visées derrière de bons sentiments.

  Source: voltairenet.org  

Voir sur Le réseau Voltaire