Partager sur Facebook
Twitter
Google +
On peut être Maire d’une capitale comme Paris tout en présentant de larges déficiences culturelles sur certains sujets.
C’est l’exemple que nous a donné Mme Hidalgo concernant le « Ramadan ».
Sa déclaration n’est qu’un monument d’erreurs : « Le ramadan est une fête qui fait partie du patrimoine culturel français. Le célébrer fait partie du partage et ne contrecarre pas la laïcité ».
Trois erreurs grossières dans cette simple petite phrase destinée à satisfaire les représentants des musulmans de France, qu’elle recevait en grande pompe à l’Hôtel de Ville.
1/ Le « ramadan » n’est pas une fête, bien au contraire, il s’agit d’une pénible épreuve imposée par le prophète à ses croyants afin de tester leur fidélité : jeûne total, abstinence sexuelle et étude du coran durant toute la journée (Les manquements étant très sévèrement punis, jusqu’à la peine de mort). Cela n’a rien d’une fête. La fête suit dès la fin du ramadan car, justement, c’est une fête qu’il soit enfin terminé, il s’agit alors de l’Aït el Fitr et cette fête peut même durer jusqu’à trois jours.
2/ Le « ramadan » n’a jamais, ne fait pas et ne fera jamais, partie du patrimoine culturel français. Mme Hidalgo imagine-t-elle une seule seconde que l’occupation de la France du sud, avec ses pillages, ses razzias, ses paiements de rançons, son exploitation systématique au bénéfice du califat, son esclavage (sexuelle pour les femmes et économique pour les jeunes hommes qui étaient châtrés afin de pas pouvoir ni forniquer ni se reproduire), etc. permettrait un jour d’inscrire cette période néfaste au patrimoine culturel de notre pays ?
 
3/ « Célébrer le ramadan ne contrecarre pas la laïcité » ? Effectivement, que les fidèles musulmans pratiquent le ramadan ne contrecarre en rien la laïcité, tout comme les juifs et les chrétiens qui célèbrent leurs fêtes religieuses. Mais quand la pratique de la religion musulmane nous oblige à la subir contre notre volonté cela contrecarre la laïcité.
*Quand certains quartiers de votre capitale sont devenus de véritables « coupe-gorges », livrés à une racaille de « mineurs ».
*Quand certains quartiers de Paris sont

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer