Partager sur Facebook
Twitter
Google +
L’officier supérieur de gendarmerie Arnaud Beltrame a échangé sa vie contre celle d’un otage, lors de l’attentat islamiste de Trèbes, près de Carcassonne. Son meurtrier était fiché S pour son engagement religieux, et avait subi en 2011 une condamnation pour port d’armes prohibé… Mais la guerre de l’information qui a fabriqué de toutes pièces le mythe du Vivre Ensemble devrait une fois de plus instruire un procès en blasphème contre tous ceux qui oseront poser les questions qui fâchent.
L’attentat de Trèbes et le destin tragique lieutenant-colonel Beltrame posent avec une acuité nouvelle la question du Vivre Ensemble et de sa signification. Alors que Daesh, dont le terroriste Radouane Lakdim a déclaré être l’un des soldats, multiplie les défaites militaires, il se trouve encore des musulmans français pour continuer le combat sur notre sol, avec le soutien plus ou moins avoué des « quartiers » dont ils sont issus. Les agressions violentes de journalistes dans la cité où vivait le terroriste le prouvent: une partie de la jeunesse musulmane en France peine à rejoindre le camp de la démocratie et de la légalité.
La société française aura-t-elle une maturité suffisante pour aborder les questions qui fâchent dans ce dossier, en interrogeant notamment les raisons pour lesquelles ces jeunes à qui la France a donné une nationalité, un système de soins quasi-gratuits, une école tout aussi gratuite, continue à susciter un rejet fort? Probablement pas… Une véritable guerre de l’information fait obstacle à la remise à plat du sujet. Voici pourquoi.
Arnaud Beltrame, victime d’une guerre terroriste qu’on n’a pas le droit de nommer
Comme toujours après un attentat, et pour des raisons dont il faut dérouler la pelote, les médias subventionnés donneront la parole aux diffuseurs de mythologie, généralement présentés dans une ironie mordante et sans limite comme les meilleurs boucliers contre les fake news. Tout sera fait, à nouveau, pour maintenir entière la fiction selon laquelle le terrorisme ne serait pas une guerre de l’intérieur, déclarée sur notre sol par des combattants déterminés à détruire l’Occident. On répètera donc à l’envi les mêmes balivernes sur le caractère purement individuel et

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer