Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Selon un rapport de l’ONU, des atrocités terribles, dont des viols collectifs et du cannibalisme, ont lieu. Des garçons forcés de violer leur mère, des petites filles à qui on a dit que la sorcellerie leur permettrait d’attraper des balles, et des femmes forcées de choisir entre le viol en bande ou la mort.
Sommes-nous en France ? Non bien sûr, sinon Danielle Obono, Rokhaya Diallo, Alexis Corbière et Jean Luc Mélenchon se seraient élevés contre ces crimes ! Il se trouve que cela se passe au Congo ! Un pays qui se trouve en Afrique ! Sur un continent que l’on dit noir ! Le même qui nous fournit en clandestins.
Fort heureusement, ces barbares ne sont pas issus de la Côte d’Ivoire, du Sénégal, du Cameroun, du Togo et que sais-je encore, de ces pays ayant eu leur indépendance en 1960, qui n’ont pas encore décollé économiquement et qui, compte tenu de l’envie et du courage de ces peuples, ne sont pas près de décoller un jour. Ils ne sont pas non plus issus de la Somalie, de l’Ethiopie, de l’Érythrée, du Soudan, tous ces pays avec lesquels nous n’avons pas d’histoire commune, et donc pas de culpabilité à avoir !
Il n’en reste pas moins que ces hommes, issus de l’Afrique, ont des coutumes et des façons de vivre bien différentes des nôtres. Il y a bien longtemps que nos provinces n’ont vu de tels barbares venus raser nos villages, violer nos femmes et massacrer tout sur leur passage ! Tout le monde se souvient des Wisigoths, des Huns, des Vikings bien sûr, et des mahométans qui ont massacré jusqu’à ce que Charles Martel les arrête à Poitiers. Ils ont hélas, et c’est moins connu, continué à commettre leurs razzias dans le Sud de la France, en Provence, dans la vallée du Rhône durant encore presque 200 ans ! Ce qui fait dire à certains gauchistes relativistes, que l’islam fait partie intégrante de la France, en oubliant de préciser que c’est un peu comme le violeur qui marque la vie d’une femme violée jusqu’à sa mort, ou un assassin qui marque la famille

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer