Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Il a pourtant réitéré sa volonté d’ »apporter un toit à toutes celles et ceux qui sont aujourd’hui sans abri »
En exprimant une résolution hors de portée, Emmanuel Macron a donné un faux espoir aux 4 millions de personnes de sans abri, mal logées ou sans logement personnel en France (SIPA), selon la Fondation Abbé Pierre.
Lors de ses vœux, Emmanuel Macron a renouvelé son engagement « d’apporter un toit à toutes celles et ceux qui sont aujourd’hui sans-abri ».Une promesse déjà formulée pendant l’été, quand le président avait déclaré ne plus vouloir d’ici à « la fin de l’année, avoir des femmes et des hommes dans les rues ».
Le chef de l’Etat a estimé que le gouvernement « s’était beaucoup engagé » sur le sujet. Mais ses affirmations  lui valent à chaque fois les critiques des associations qui lui reprochent son manque d’action en la matière.
Dimanche soir, devant les Français, il a reconnu qu’il y avait « beaucoup à faire ». En effet, son engagement est borderline de la provocation pour les 4 millions de mal-logés.
Première donnée : le nombre de sans-abri fixe augmente en France, depuis huit mois qu’il pérore.
« En 2012, l’Insee recensait déjà plus de 140.000 personnes sans domicile. Aujourd’hui, après 5 ans de socialisme, elles sont plutôt autour de 200.000.
Et surtout, beaucoup de personnes défavorisées sont à la frange, hébergées soit chez des tiers, soit dans la famille. De la marge, ils peuvent se retrouver à la rue et « arriver au 115″, explique Eric Pliez, président du Samu social.
Le profil des personnes mal logées a également changé.
« On note une augmentation de la proportion des familles avec enfants qui appellent le 115″, observe Florent Guéguen, directeur-général de la Fédération des acteurs de la solidarité, avant de poursuivre : « C’est un changement majeur du visage de la grande exclusion, puisqu’on est clairement sorti du modèle assez classique d’une personne sans abri comme un homme seul, isolé et un peu âgé.
Défaillance du système d’hébergement d’urgence
Le 22 décembre dernier, Jacques Mézard, ministre de la Cohésion des territoires, et Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé, soulignaient l’action du gouvernement pour venir en aide aux plus démunis. Ainsi, 9.000 places supplémentaires en hébergement d’urgence ont été ouvertes dans le cadre du plan hivernal,

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer