Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Parfois je lis certaines nouvelles, et je me pose la question de savoir si celle-ci n’est pas en réalité, un canular qu’on fait en fin de journée après nombres d’heures de travail. On n’en croit jamais ses yeux lorsqu’on lit ce que je reçois. On a toujours cette réaction magnifique de sursaut ajouté d’un non c’est pas possible, quand même pas jusqu’à ce point.
Je comprends parfois les journalistes m’accusant de Fake news, eux-mêmes ont du mal avec cette folle vérité qui il y a quelques années encore serait impensable, que dis-je inimaginable. Seulement tout est vrai, je ne peux pas imaginer des bobards, je n’ai pas d’auteurs professionnels autours de moi, je ne suis pas un artiste, et puis je ne suis pas assez créatif pour cela. Le journal satirique Le Gorafi compte nombre d’employés à la vision fertile ce n’est pas mon cas, par conséquent ce que j’écris est la vérité, la pure, la seule vérité, non tronqué par une volonté de travestir afin de m’arranger.
Je prends l’exemple ce jour ainsi « alors qu’Emmanuel Macron et le procureur de Paris, François Molins, se sont prononcés en faveur de la divulgation aux maires et préfets d’informations sur l’identité des personnes surveillées par les services de renseignements, Libération fait état ce mercredi d’une anecdote pour le moins éloquente. On apprend qu’un individu fiché S était parvenu à intégrer le conseil municipal de Bobigny (Seine-Saint-Denis) après les élections municipales de 2014, remportées par l’UDI Stéphane De Paoli. »
On se demande où nous sommes. Si en effet nous sommes en France. Nous avons donc un état qui en son sein possède des Fichés S, c’est vraiment dramatique. Une telle déliquescence au sein même des institutions, je n’ai franchement aucun mot. Je savais notre pays au fin fond du trou, visiblement c’est allé encore plus que le fond du trou.
SOURCE VALEURS ACTUELLES

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer