Le plus grand pays d’Amérique Latine a basculé dans l’extrême droite avec l’élection facile dimanche du très controversé Jair Bolsonaro, qui a promis de “changer le destin du Brésil”.

Au terme d’une campagne tendue et extrêmement polarisée, il a été élu avec près de 58 millions de voix, soit 55,13% des suffrages, contre 44,87% pour son adversaire de gauche Fernando Haddad. “Nous ne pouvons plus continuer à flirter avec le socialisme, le communisme, le populisme de gauche”, a affirmé lors de son premier discours de président élu ce chantre de la dictature militaire (1964-1985), qui prendra ses fonctions pour un mandat de quatre ans en janvier. Des feux d’artifice ont été tirés sur la plage de Barra da Tijuca, où des dizaines de milliers de partisans de Bolsonaro étaient rassemblés devant son domicile pour célébrer sa victoire. “Nous sommes le peuple indigné, exaspéré par la violence et la corruption. Le peuple a parlé. C’est la première fois que je me sens représenté”, s’est exclamé André Luiz Lobo, chef d’entreprise noir de 38 ans. Sur la plage de Barra da Tijuca, de nombreux militants criaient aussi des insultes contre le Parti des Travailleurs (PT) de Fernando Haddad et son mentor, l’ex-président Luiz Inacio Lula da Silva, incarcéré pour corruption depuis avril. À Sao Paulo, plus grande métropole du Brésil, des milliers de partisans de Bolsonaro sont également descendus dans les rues, notamment Avenue Paulista, une des principales artères de la mégalopole. “Le Brésil a été libéré du communisme, du communisme de Cuba et du Venezuela”, a scandé Sheila Sani, 58 ans, déployant un grand drapeau du Brésil. Des bousculades assez vives entre les deux camps ont eu lieu à Rio et une femme a été blessée dans des accrochages à Salvador de Bahia (nord-est), mais sa vie n’était pas en danger. – “Serment devant Dieu” – Dans son premier discours après l’annonce des résultats, Fernando Haddad n’a pas félicité le vainqueur et a demandé que ses “45 millions d’électeurs soient respectés”. “Les droits civiques, politiques, du travail et sociaux sont en jeu maintenant”, a-t-il dit. “Nous avons

  Source: parti-de-la-france.fr  

Voir sur le site du Parti de la France