Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Expulsion, il s’agit de la seule méthode qui vaille avec les indésirables. La France n’a pas vocation à maintenir sur son sol des populations rejetant le modèle d’assimilation nationale et vivant essentiellement de la solidarité des compatriotes. La générosité du pays l’est à des moments ponctuels en faveur d’un autochtone victime d’un accident de la vie quel qu’il soit et ayant cotisé durant ses années professionnelles.
Seulement ce n’est pas le cas dans la France du règne de l’Etat providence pour tous ceux qui ont posé le pied sur notre sol avant-hier. Chaque année nous perdons 250 000 jeunes diplômés aussitôt remplacé par 250 000 (chiffres officiels on peut officieusement le doubler) étrangers non-assimilables, sous-éduqués, et futurs sur-subventionnés.
Le parallèle peut-être fait avec cette volonté de l’Etat de payer des chambres d’hôtel aux migrants et à tous ceux qui posent le pied sur notre sol.
Ainsi, « En Bourgogne Franche-Comté, l’exécutif de Marie-Guite Dufay s’inscrit dans cette ligne macro-immigrationniste avec plus de 1,8 million d’euros consacrés à la préférence étrangère depuis janvier 2016. Dernière insulte à l’endroit des 370 000 pauvres de la région, la majorité de gauche et l’opposition fantoche de droite ont voté ensemble une subvention de 900 000 euros pour l’apprentissage du français aux migrants. Pendant que le gouvernement ferme des écoles et des classes dans la ruralité, la Région gaspille l’argent de nos impôts dans un vaste projet d’intégration et d’installation massive.
Aujourd’hui, on dénombre 5 227 places d’hébergement mises à disposition des demandeurs d’asile dans les huit départements de Bourgogne Franche-Comté. »
A quoi sert de garder ces individus, dont le refus obstiné de se fondre dans le moule national provoquera de terribles remous dans notre pays, si ce n’est pour détruire les fondements de notre pays. Qu’on ose me prouver le contraire.

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer