CONNEXION. La lettre argumentaire PDF, rédigée par Jean-François Touzé et Franck Timmermans

La décision prise par Emmanuel Macron de ne pas célébrer « trop militairement » le 11 novembre est bien sur une insulte sans précédent à la mémoire du 1,4 million de nos officiers, sous officiers et hommes du rang morts pour la France comme à celle des 4,3 millions de blessés et mutilés dans les terribles batailles de la Grande guerre. C’est une bassesse accordée à la Chancelière Merkel qui, quoique considérablement affaiblie et potentiellement sur le départ doit encore, aux yeux de Macron, être ménagée et aurait pu s’offusquer de ce que le mot « victoire » put être prononcé en sa présence lors des cérémonies de commémoration. C’est aussi une hypocrisie et une lâcheté qui évite au Président de la République d’honorer les huit maréchaux de France de 14/18, comme le firent tous ses prédécesseurs en faisant fleurir leurs tombes, y compris celle du vainqueur de Verdun. C’est enfin l’alignement total de l’Élysée sur l’idéologie pacifiste et angéliquement planétariste qui, en quelques décennies, a sapé les fondements et les ressorts de notre énergie nationale. « Cachons ces guerriers que nous ne saurions voir et organisons un forum bisounours pour la paix »… Ce faisant, Macron adresse au monde entier un message de faiblesse, d’abdication et de capitulation. Le Parti de la France est attaché à la construction d’une Europe des Nations, des États et de la puissance civilisationnelle. La réconciliation avec l’Allemagne depuis longtemps opérée et l’entente politique, économique, stratégique avec nos voisins continentaux, y compris la Russie, est une nécessité absolue. Mais cette construction et cette entente ne passent ni par le mensonge – fut-il par omission – ni par l’amnésie organisée des peuples.   Le 11 novembre 1918 à la 11e heure, quand retentit le clairon du cessez-le-feu, la France est victorieuse et la gloire de ses soldats immortelle.   Longtemps les veuves, puis leurs enfants montreront, chaque 11 novembre, aux garçons de la famille les médailles acquises au Front par l’aïeul disparu, ces croix de guerre, ces palmes et parfois même la médaille

  Source: parti-de-la-france.fr  

Voir sur le site du Parti de la France