Extrait de l’Édition du 21 janvier 2019 Réinfo, journal d’information bimensuel du Parti de la France

Une réforme votée en 2017 est entrée en vigueur à partir du 1er janvier fort discrètement, et pourtant elle concerne tous les Français : le prix des médicaments va augmenter puisque les honoraires de dispensation, perçus par les pharmaciens lors de la délivrance des médicaments, évolue et toutes les complémentaires santé ne prendront pas en charge cette hausse…   L’honoraire de dispensation a été instauré le 1er janvier 2015 et fixé en 2016 à 1,02 € par… boîte de médicament. Il est censé payer le pharmacien pour la délivrance du produit et pour les conseils qu’il prodigue. Cette somme est prise en charge à 65 % par l’Assurance maladie et le reste est financé par les complémentaires de santé. Le 1er janvier 2019, l’honoraire de dispensation va évoluer en fonction du type de médicament, il pourrait atteindre 4 euros pour certains d’entre eux. Mais, notez que ces honoraires de dispensation ne sont appliqués que lorsqu’un patient demande le remboursement… Et on comprend mieux l’arnaque. Il s’agit en fait de dérembourser tout un panel de médicaments, en dissuadant les malades de demander un remboursement à la Sécu qui rendrait, du coup, la facture plus élevée pour le malade. Un tour de force digne de la Macronie ! Par exemple, le somnifère Stilnox coûtait 3,09 €. Il est remboursé à 15 % par l’Assurance maladie, le patient devait donc débourser 2,63 €. Avec la réforme, la rémunération du pharmacien est de 4,08 € : le médicament coûte toujours 2,63 € au patient mais il faut désormais y ajouter 1,36 €, la part de l’honoraire de dispensation non prise en charge. Le médicament remboursé coûtera 3,99 €, alors que sans le remboursement, son prix rappelons-le est de 3,09 €. Pour l’instant, la liste des médicaments concernés n’a pas été rendue publique mais elle concerne les médicaments les plus utilisés en France. Cette hausse ne sera pas la seule, les honoraires de dispensation devraient à nouveau augmenter en janvier 2020.   Il faut, paraît-il, sauver la Sécu de tous ces petits vieux qui la ruine. L’Assurance maladie baisse donc certains remboursements. Selon un décret

  Source: parti-de-la-france.fr  

Voir sur le site du Parti de la France