Partager sur Facebook
Twitter
Google +
L’Assemblée nationale fonctionne au ralenti, mais on n’est jamais à la merci d’une surprise.
Et la surprise vient de Mme Cécile DUFLOT qui, le 10 mai dernier a fait enregistrer une proposition de loi « tendant à̀ la réparation des préjudices résultant de la traite et de l’esclavage colonial ».
L’ancienne ministre demande la mise en place, d’une part d’un comité́ de personnalités qualifiées chargées de déterminer le préjudice subi et d’examiner les conditions de réparation due au titre de la traite et de l’esclavage colonial et, d’autre part, la restitution à Haïti de la rançon payée à la France à partir de 1825.
L’argumentation de la députée parisienne repose sur l’argument suivant : la loi dite « Taubira », adoptée en 2001, a reconnu que la traite négrière et l’esclavage étaient (à juste titre) des crimes contre l’humanité, mais faisait l’impasse sur les réparations. Or, selon l’auteur de la proposition :
« Réparer les préjudices dus au titre des crimes reconnus en 2001, de l’esclavage et de la traite négrière, c’est remettre la justice au service des victimes, lorsqu’elle a été́ auparavant mise au service des bourreaux. »

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer