Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Après l’annonce du départ Nicolas Hulot sur France Inter mardi 28 aout, que personnellement je ne regretterai pas, voici posée la question de son successeur.
Un seul nom surnage avec un grand battage médiatique : Daniel Cohn-Bendit.
Celui-ci a déclaré sur Europe 1 que devenir ministre n’était pas sa tasse de thé. Mais tout de suite après d’ajouter : »Mais si Emmanuel Macron veut discuter de cela, eh bien, j’irai en discuter avec lui ».
De toute évidence, Dany le rouge ne crachera pas sur la fonction ministérielle, cela va de soi. La seule chose sur laquelle il crache, c’est la France et sa tradition, et ce depuis 50 ans.
Il est passé de l’internationale communiste (son époque gauchiste) à l’hymne européenne libérale. Le dénominateur commun ? Un anti-nationalisme forcené qu’il n’a eu de cesse de promouvoir tout au long de sa carrière politique, à l’instar d’un BHL ou d’un Bernard Kouchner.
Il est le leader charismatique, la figure centrale de mai 68, qui coïncide avec la destruction de la famille traditionnelle. En d’autres termes, il est l’ennemi n°1 de ce que nous incarnons (la droite nationale). Il se définit lui-même comme un libéral-libertaire, qui est au fond une forme d’anarchisme. Toute hiérarchie naturelle est niée (à l’exception de celle de l’argent).
Tout essentialisme est nié également. C’est-à-dire que tout est culturel, tout peut être déconstruit et reconstruit à sa guise. Un relativisme qui débouche sur toutes les perversions et morbidités que nous connaissons aujourd’hui : la théorie du genre, l’homoparentalité, la PMA/GPA, le féminisme délirant et totalitaire, le mariage gay, la pédophilie, le jeunisme, le matérialisme, le nihilisme, la dérision, je pourrais continuer longtemps.
Pour tout cela c’est cet homme qu’il nous faut remercier. Le seul critère de « bien » est l’épanouissement de l’individu, de ses droits individuels affranchis de toute morale et de tout devoir envers la société.
Pour illustrer son idéologie, Je ne pense pas lever un lièvre ici en rappelant que dans l’émission « Apostrophe » il avait déclaré qu’il ne dédaignait pas se faire tripoter la braguette par des petites filles de 5 ans. Il travaillait alors dans une crèche. Comme

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer