Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Macreux l’Oreillette a l’intention de créer une Fondation pour « la Mémoire de l’Esclavage », cent soixante dix ans après son abolition, fondation dont il confiera la direction à Jean-Marc zAyrault (de-tension), l’ex-premier ministre comateux de Hollande Ouille. (Au passage, on remarquera que le recyclage des vieux copains dans le « nouveau monde » de Macreux ressemble furieusement à celui qui avait cours dans « l’ancien monde »…)
Voilà une décision bien conforme à son penchant pour la repentance. La repentance de la France, s’entend, pas de la sienne car l’individu aurait une idée plutôt haute et bienveillante de lui-même, comme il l’a montré à maintes reprises.
Saucisson-Pinard pourrait susurrer à l’oreille de Macreux (celle qui est libre d’oreillette) qu’aujourd’hui est la fête de l’Ascension.
Que ce jour normalement férié, est travaillé gratuitement par les salariés sous le prétexte fallacieux de « solidarité à l’égard des personnes âgées» (ce qui, après les avoir assommées par une hausse bien percutante de la CSG sur leur retraite, est déjà plutôt fort de café…).
Que si l’esclavage se caractérise principalement par le travail forcé et non rémunéré, ce jour n’est ni plus ni moins que de l’esclavage moderne.
Que son gouvernement songe de surcroît à créer un second jour travaillé non rémunéré dans l’année, et donc que sa démarche devrait donc être mise à l’honneur dans sa future Fondation comme la perpétuation de l’esclavage en France un siècle et demi après son abolition.
Mais Saucisson-Pinard doute que sa proposition soit entendue…
Son premier sinistre barbu a beau dire et répéter qu’il n’est pas question d’augmenter les impôts des Français, il reste que demander aux Français salariés de travailler gratuitement un jour de plus dans l’année, est bel et bien une façon de leur extorquer toujours plus de sous. D’ailleurs, il lui arrive de se couper, dans ses annonces, puisqu’il a évoqué récemment que la dette de la SNCF devra bien être payée par un effort supplémentaire des contribuables…
En revanche, on attend toujours des décisions de réduction du train de vie de l’Etat. Et ce n’est pas l’annonce par le Journal du Dimanche du coût de 20 000 euros de l’heure de

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer