Partager sur Facebook
Twitter
Google +
A elle toute seule hier soir, cette femme a été en quelques minutes la parfaite synthèse de l’image que je me fais de la personnalité typique de gauche et de ses aficionados. Des individus rageurs, colériques, haineux, inquisiteurs et totalitaires, qui semblent croire en la supériorité absolue de leurs idées à une écrasante majorité sur une opinion qui de fait, préfère le retrait et la discrétion face à des individus pourvus d’une telle violence idéologique et qui de toutes façons refuseront d’entendre (et encore plus d’admettre qu’il existe) une vérité différente de la leur.
Symptomatique de ces gens qui, aveuglés par leur idéologie, ne supportent plus de se confronter à la réalité de l’opinion. A la contradiction. Ils en deviennent de fait sectaires. S’isolent. Tellement persuadés d’être dans le vrai que plus aucun autre point de vue que le leur n’a le droit de citer à leurs yeux. Alors ils se permettent absolument tous les réquisitoires : des plus immondes aux plus sectaires, en passant par les plus abjectes.
Le pire ?
Que ces mêmes personnes s’auto-proclament pourtant ayatollahs de la tolérance et de l’ouverture d’esprit alors qu’ils sont pourtant les premiers à vouloir cloisonner le débat ou, lorsqu’ils n’y parviennent pas, à chercher par tous les moyens à le confisquer. C’est d’ailleurs de cette manière qu’ils font (sciemment ou pas) naître les frustrations les plus rances propices à l’émergence de tous les extrêmes. Ca marche en France depuis 40 ans et visiblement ça n’est toujours pas prêt de s’arrêter.
C’est d’ailleurs de cette manière que progressivement la gauche instaure dans la société française une forme de totalitarisme idéologique au sien de l’opinion. Pire. Une terreur idéologique. Il y a des sujets dont on n’a plus le droit de parler parce qu’une caste (restreinte) de biens-penseurs a décidé (pour diverses raisons) que nous ne devions plus en parler (slogans pour autocollants de parechoc à l’appui). On interdit aux gens de parler ou on s’arrange pour étouffer le débat au plus vite quand un sujet ne plaît pas. Dérange. Mécanique qui poussée à l’extrême peut conduire un pays

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer