Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Lu sur RR : après le MRAP, « le Procureur porte plainte contre Christine Tasin auteur présumé de faits soi-disant délictueux. Ensuite l’association peut se porter partie civile et solliciter des dédommagements pour les dommages imaginaires subis. Le MRAP a dénoncé la publication et la mise à disposition du public du tract et de l’autocollant Islam assassin. Christine Tasin est accusée, mais non jugée et encore moins condamnée. Le MRAP a dénoncé des faits de provocation à la discrimination, à la haine, à la violence… » malgré le fait que l’islam n’est ni une race, ni une personne (morale ou physique). Si l’islam est une doctrine religieuse, alors que le délit de blasphème a été aboli en France, le fait est que l’islam tue, que les policiers de Magnanville et des centaines d’autres ne sont plus là (à cause de l’islamisme totalitaire des Frères musulmans).
Alors comment Christine Tasin peut-elle être accusée d’inciter à la haine contre des personnes ?
Les Nouvelles chroniques d’Islamistan reprennent l’article de Christine Tasin sur RR, Dhimmitude, Nathan, Absurdistan, Manipulations médiatiques : « Nathan ose » utiliser le MRAP et la plainte non jugée contre Christine Tasin pour faire croire aux élèves, dans un manuel d’Histoire-Géographie-EMC de 4e (édition de 2016 ) que « la critique de l’islam serait un délit » selon le MRAP. « Dans ce manuel, pour expliquer les limites de la liberté d’expression, les auteurs du manuel, fort malhonnêtes, ont renvoyé dos-à-dos la critique de l’islam et l’antisémitisme. Ils ont utilisé, en mentant, le procès fait à Belfort pour L’islam est une saloperie.
Relaxée en appel, les falsificateurs de Nathan, enseignants sans conscience, qui utilisent l’école pour imposer leurs idées nauséabondes, n’ont pas le droit de dire que j’ai été condamnée, c’est de la diffamation.
« Affaire Boutin : Un peu d’espoir pour la liberté d’expression ? Par Nathalie MP. Christine Boutin a pu gagner une bataille judiciaire à titre personnel pour ses propos sur l’homosexualité, mais le combat (pacifique) pour la liberté d’expression ne fait que commencer. Des associations de la mouvance LGBT poursuivaient Christine Boutin pour les propos suivants, tenus dans un entretien à la revue Charles en avril 2014 :
« L’homosexualité est une

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer