Paris a publié un rapport des renseignements français présentant l’appréciation du pays quant à l’usage présumé de l’arme chimique près de la ville de Khan Cheikhoun dans la province syrienne d’Idleb. Il s’agit déjà de la troisième enquête menée par un membre de la communauté internationale après la Turquie et le Royaume-Uni. On a l’impression que soit ces États ne font pas confiance à l’OIAC, soit ils cherchent à influencer son travail dans la direction qu’ils souhaiteraient. Une première analyse du document (…)

  Source: voltairenet.org  

Voir sur Le réseau Voltaire