Plus qu’un simple courant religieux, l’Islam totalitaire est une lame de fond qui traverse l’Islam depuis des siècles.

Nous avons expliqué amplement dans des ouvrages et articles précédents que l’islamisme totalitaire ne vient pas d’une simple « hérésie de l’islam » ou d’un « faux islam », mais du sunnisme orthodoxe jamais réformé depuis le Xème siècle, et dont la secte wahhabite-salafiste, gardienne des lieux saint de La Mecque et Médine (al-Haramain) depuis les années 1930, issue de l’une des quatre écoles sunnites officielles de l’islam : le hanbalisme, est aujourd’hui l’avant-garde doctrinale. Certes, nombre de musulmans sunnites ou non, pieux ou non pieux, mais sincèrement modérés affirment que cet islam fanatique est « hérétique ». En réalité, cette affirmation est aussi difficile à prouver que d’accuser le Vatican de ne pas représenter le catholicisme ou d’affirmer que le Pape est un « hérétique » anti-chrétien. De plus, cet islam salafiste-standard ultra-monothéiste diffusé par la secte wahhabite via l’OCI, la Ligue islamique mondiale ou autres pôles analysés dans cet ouvrage et qui enseigne le combat contre toute forme de « shurk » (associationnisme-paganisme) ; qui invite à conquérir toutes les sociétés non soumises à l’ordre islamique, et qui prône le jihad comme une sorte de « cinquième pilier » de l’islam puis diabolise les non-musulmans et les « apostats », n’a jamais été déclaré « hérétique » par la plus grande et prestigieuse faculté théologique su monde sunnite : Al-Azhar, basée au Caire (Egypte). Par contre, cette même université sunnite « modérée », trop souvent présentée plus « modérée » que le pôle saoudien, n’a pas eu d’état d’âme à excommunier nombre de réformistes comme par exemple le grand savant égyptien d’Al-Azhar (…)lire la suite sur Atlantico  

  Source: parti-de-la-france.fr  

Voir sur le site du Parti de la France