Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Comme l’a montré son allocution des vœux pour 2019, il ne s’en est pas remis. Son ego en a souffert et depuis, il ne cesse de dénoncer à tout propos la foule haineuse et la conspiration des « Gilets Jaunes ».
Ludovic Marin/AFP : Une vingtaine de manifestants attendaient Macron à la sortie de la préfecture de Haute-Loire. La visite était discrète et ne figurait même pas dans l’agenda du président de la République. Mais une poignée de manifestants étaient tout de même au rendez-vous, ce mardi en fin d’après-midi, aux abords de la préfecture du Puy-en-Velay (Haute-Loire), pour accueillir Macron sous les huées et les insultes.
La foule haineuse, c’est le diagnostic de Macron saisi par la peur, après avoir été pris à partie au Puy-en-Velay. Et depuis, il vit dans la peur après un passage éclair au Puy-en-Velay effectué sous les huées.
C’est pourquoi il vit, en quelque sorte bunkerisé, physiquement et mentalement, à l’Élysée.
La cellule de communication de Macron l’envoie le 4 décembre pour se montrer au Puy-en-Velay (Haute-Loire) où la préfecture avait été incendiée. Macron croyait voir ses sujets se prosterner à son passage quand il a ouvert la vitre de sa voiture officielle pour faire des mouvements de sa main royale-présidentielle en saluant la foule de ses sujets. Mais rien ne s’est passé comme prévu et le royal salut de Macron n’a pas eu l’effet escompté, alors que des passants l’ont hué au passage du cortège présidentiel. Macron hué et insulté à sa sortie de la préfecture de Haute-Loire, au Puy-en-Velay a eu la peur de sa vie face à la foule haineuse.
Conspué au Puy-en-Velay, Macron a peur de la foule haineuse. Et cela, il ne l’a pas oublié, incapable de résister à cracher sa haine hautaine et insolente, le soir de ses vœux contre les Français pour 2019.
Macron hué et insulté à sa sortie de la préfecture de Haute-Loire, au Puy-en-Velay. Macron s’est rendu discrètement à l’intérieur du bâtiment dont plusieurs parties ont été incendiées lors d’une manifestation de « Gilets Jaunes ». Il voulait communiquer sa compassion à la presse et montrer qu’il était

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer