Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Ces députés de la République en Marche commencent sérieusement à me gonfler, mais, me direz-vous, à quoi pouvions-nous nous attendre lorsque l’on sait que les trois quarts de ces clampins ont été recrutés par le truchement d’internet…
On a eu celle qui mord son chauffeur de taxi, celui qui assomme ses adversaires à coup de casque, celle qui se faisait payer les visites de l’Assemblée Nationale qu’elle organisait, celui qui détournait son indemnité parlementaires pour s’offrir voyages, télé et du mobilier de prix, celle qui trouvait qu’elle n’était pas assez payée et qui du coup se mettait à manger des pâtes comme jamais, celui qui est visé par une enquête pour harcèlement et agression sexuelle sur son assistante, celui qui racontait être crevé et dont le fils voudrait mesurer avec un chronomètre le temps passé à la maison, cette autre qui dissimulait au fisc ses revenus de voyante (sic), celui qui malgré la nouvelle loi continue d’embaucher sa fille comme assistante parlementaire, cet autre du Nord visé par une plainte pour faux en écriture publique,  celui de Guadeloupe qui se prenant pour Christine Boutin déclare que l’homosexualité est une abomination, celui qui mordicus déclare sans rire qu’en tant que député il ne touche pas de prime de Noël,  il y a Romain Grau qui est accusé de harcèlement moral au sein de son entreprise, celle dont les électeurs auront perdu la trace pendant plus de quatre mois, cette autre encore qui voudrait qu’on lui rembourse les frais de garde pour ses enfants et on a eu bien sûr le cas Ferrand dont l’enquête le concernant fut aussi vite classée qu’ouverte… ça fait beaucoup et sans doute en ais-je oublié…
A tout cela, il faudrait ajouter l’amateurisme évident de certains de nos représentants, incapables d’aligner deux phrases d’affilée…
Mais comme si tout cela ne suffisait pas à notre sidération devant tant de légèreté, d’amateurisme et de liberté prise avec la loi, les voilà nous dire, ces braves députés, qu’ils sont crevés, qu’ils bossent trop et qu’ils n’en peuvent plus.
Alors certains créent une cellule d’aide psychologique informelle pour soutenir leurs collègues au bout

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer