Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Alexandre Benalla a-t-il tenté de soustraire à l’enquête son ancien véhicule de fonction ?
Benalla s’est présenté à la fourrière de Paris ce vendredi 27 juillet, révèle l’hebdomadaire Le Point.
Une « initiative personnelle, » se défend l’Elysée qui s’est opposé à ce que le véhicule lui soit restitué.
Cette Renault Talisman avait été enlevée le 20 juillet dernier pour « stationnement gênant », alors qu’elle se trouvait sur le trottoir d’une rue proche du nouveau tribunal de grande instance de Paris dans le quartier des Batignolles (XVIIe arrondissement de Paris). Elle attendait depuis à la fourrière Chevaleret, 5 square Dunois, dans le XIIIe arrondissement.
Le véhicule a finalement pu être perquisitionné
L’ancien collaborateur d’Emmanuel Macron s’est montré aux alentours de 13 heures, alors même qu’il avait été mis à pied et que la procédure de licenciement de ce proche de Macron était engagée, après la publication de plusieurs vidéos où on le voit molester deux manifestants, lors des manifestations du 1er mai à Paris, faits de violences qu’il nie.
Le personnel de la fourrière aurait refusé de lui rendre cette berline, équipée de gyrophares.
Informée, la police judiciaire a ensuite perquisitionné le véhicule. Les enquêteurs y ont trouvé des affaires appartenant à Alexandre Benalla, sans qu’on ne sache quoi précisément, précise de son côté Europe 1.
L’Elysée confirme la tentative d’Alexandre Benalla à la fourrière, mais pour assurer que l’individu de 26 ans s’y est rendu « de sa propre initiative », sans avoir été mandaté par le palais présidentiel.
Le cabinet du président a également tenu à assurer à BMFTV qu’aucun commandant de gendarmerie relevant du personnel élyséen n’était présent aux côtés de l’ex-chargé de mission lors de son passage à la fourrière, infirmant ainsi cette information révélée par Le Point.

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer