Des Bulgares «chasseurs de migrants illégaux» ont commencé la construction d’une clôture à la frontière avec la Turquie. Les autorités bulgares n’interviennent pourtant pas dans le processus de construction.

  Des activistes bulgares bâtissent un mur à la frontière avec la Turquie afin de « prévenir les provocations turques durant les élections », ainsi que pour empêcher la pénétration des réfugiés, a déclaré dans une interview à Sputnik Nikolaï Ivanov, un des chefs de fil de ces «chasseurs». Les travaux emploient près de 400 personnes. « En raison de la situation difficile à la frontière, afin d’éviter la provocation de la partie turque et l’entrée illégale des réfugiés, nos militants ont commencé à construire une clôture d’une hauteur de quatre mètres [….]. On en a déjà construit environ 11 kilomètres, la construction se poursuit », a-t-il déclaré.   En Bulgarie, 13 % de la population est de confession musulmane, avec une majorité de Turcs. À l’heure actuelle, la Turquie abrite environ 60 000 personnes originaires de Bulgarie. Ils ont immigré au cours des dernières décennies, tout en préservant la citoyenneté bulgare. Les tensions entre Sofia et Ankara ont monté d’un cran début mars, lorsque la Bulgarie a accusé la Turquie d’« ingérence » dans la campagne électorale pour les législatives anticipées en Bulgarie, prévues le 26 mars. La Bulgarie a notamment évoqué des propos du ministre turc des Affaires sociales, Mehmet Muezzinoglu, qui avait appelé les citoyens bulgares d’origine turque résidant en Turquie à voter pour DOST, une nouvelle formation pro-turque en Bulgarie.   Source : sputniknews

  Source: parti-de-la-france.fr  

Voir sur le site du Parti de la France