(Ouverture en grec) Je ne sais pas, Mesdames et Messieurs, si je dois prendre vos applaudissements comme un soulagement que je m’arrête de parler en grec, ou un remerciement de cet essai. Merci en tout cas… Merci en tout cas, Monsieur le Premier Ministre, Cher Alexis, merci à vous, Mesdames et Messieurs, de m’accueillir en ce lieu, de m’accueillir aujourd’hui où je veux avoir, avant de m’exprimer devant vous, plus qu’une pensée, un partage avec l’ensemble de mes compatriotes qui, depuis hier, vivent (…)

  Source: voltairenet.org  

Voir sur Le réseau Voltaire