Mesdames et Messieurs les Ministres, Mesdames et Messieurs les Parlementaires, Monsieur le Préfet, Monsieur le Recteur, Mesdames et Messieurs les Présidents d’université, Mesdames et Messieurs, Je suis venu vous parler d’Europe. « Encore », diront certains. Ils devront s’habituer parce que je continuerai. Et parce que notre combat est bien là, c’est notre histoire, notre identité, notre horizon, ce qui nous protège et ce qui nous donne un avenir. « Déjà ? Est-ce nécessaire ? », diront les (…)

  Source: voltairenet.org  

Voir sur Le réseau Voltaire