INTRODUCTION – DES VENTS FAVORABLES M. le Président, Mesdames et Messieurs les membres du Parlement européen, Lorsque je me suis présenté devant vous l’an dernier à la même période, ma tâche était, d’une certaine façon, plus facile. Il était clair pour tout le monde que l’état de notre Union était pour le moins préoccupant L’Europe comptait ses blessures et ses égratignures, après une année qui l’avait ébranlée jusque dans ses fondements. Nous n’avions le choix qu’entre deux possibilités. Soit se (…)

  Source: voltairenet.org  

Voir sur Le réseau Voltaire