[Les extraits ci-après ont trait à la politique étrangère des États-Unis.] Monsieur le président de la Chambre, Monsieur le vice-président, Membres du Congrès, première dame des États-Unis, mes chers compatriotes : L’Amérique a aussi enfin tourné la page sur des décennies d’accords commerciaux injustes qui ont sacrifié notre prospérité et délocalisé nos entreprises, nos emplois et notre richesse. Notre pays a perdu sa richesse, et nous la récupérons. L’ère de la capitulation économique est entièrement (…)

  Source: voltairenet.org  

Voir sur Le réseau Voltaire