Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Il est normal de payer ses impôts, à titre personnel je milite pour que TOUS en paient suivant ses propres moyens. D’abord cela redonne une certaine fierté à chacun puisque chaque Français se verrait contribuer au bon fonctionnement de notre pays. Lorsque l’on ne paie rien on se sent un peu comme exclus du destin national puisqu’on ne contribue en rien en la destinée de la France. De plus il est important que chacun puisse assimiler que dans le fond rien n’est gratuit que cela soit les routes, les écoles, les hôpitaux etc. et que dans le fond on comprend le coût des investissements seulement lorsque soi-même on met la main à la poche, mais bon là est un autre débat.
Donc pour en revenir à notre sujet principal oui il est nécessaire de régler l’impôt, seulement ce que je n’accepte pas c’est la gestion de cette collecte. Je ne veux pas être taxé à outrance pour réparer les erreurs des politiques, je ne vois pas au nom de quoi je dois payer pour la gestion calamiteuse des 40 dernières années. Depuis l’avènement de l’Etat providence et du social à outrance, les Français paient très chers pour maintenir un niveau de vie élevé aux étrangers et autres migrants, aux assistés, aux jeunes des banlieues, pas à tous mais à beaucoup de fonctionnaires, aux politiques grassement payés, aux associations néfastes telles les SOS Racismes et consorts, aux syndicats, aux journalistes et à tous les rebus que peut compter ce pays. Sans cela dont le coût pour nos compatriotes est de 650 milliards d’€ par an, nos finances se porteraient à merveille et l’impôt serait pour chaque contribuable facilement divisé par 2.
Je ne veux pas payer pour cela et je le dis haut et fort, et si les Français sont d’accord avec moi, ils auront raison.
Seulement cet Etat providence a encore de beaux jours devant lui, le social ne diminuant jamais, pire il augmente et je ne serais pas surpris qu’il soit en réalité à des sommes bien plus importantes que les 650 milliards officiels, plus

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer