Chers Amis,
Servir, c’est ce qui inspire notre action et c’est aussi le titre de l’ouvrage du général de Villiers que je vous recommande de lire. Vous y retrouverez ce qui fait la force et la grandeur de nos soldats, la sincérité, l’attention aux hommes, le courage, l’engagement et la volonté de faire rayonner notre nation au-delà des crises et des menaces. C’est aussi cette capacité à choisir, face à deux chemins, le plus difficile parce qu’il mène le plus haut.
Tout cela manquait dans la première interview de son successeur au JDD dimanche dernier. Les conditions de sa nomination par Emmanuel Macron en juillet dernier expliquent peut-être cette difficulté à s’exprimer avec franchise. Loin d’une parole forte et libre, ce sont des propos convenus et très politiques que nous avons pu lire, sans égards pour le général de Villiers. Je forme le vœu que l’exercice des responsabilités permette au général Lecointre de gagner la même densité que son prédécesseur au cours des années.
Servir, c’est cette même volonté d’œuvrer pour ses pays sans rechercher les honneurs, ni d’autres bénéfices qui inspirait l’action du romain Cincinnatus. C’est pour cela que nous avons choisi de donner son nom au groupe que nous nous venons de lancer avec d’autres personnalités de la droite gaulliste, réformatrice et modérée. Il ne s’agit pas de créer un nouveau parti, mais de nous donner les moyens de communiquer plus fortement ensemble et de créer les bases d’un rassemblement plus large au service d’un projet fédérateur pour le pays.
Nous partageons la conviction commune qu’il faut s’atteler sans attendre à reconstruire sur le champ de ruines laissé par les élections de 2017. La droite dite de gouvernement a connu une déroute historique. Elle apparaît aujourd’hui idéologiquement archaïque et dépassée, incapable de se renouveler. Et il faut reconnaître que le nouvel exécutif met aujourd’hui en œuvre, sur le plan économique, une grande partie des réformes que la droite affirmait vouloir mener, mais qu’elle n’avait jamais osé réaliser quand elle était au pouvoir. Le fait que le pays les accepte doit nous réjouir. C’est un signe de sa maturité et un encouragement profond

  Source: la-france-en-marche.fr  

Voir sur le site du Parti de la France