Chers Amis,
Ils ne savaient pas que c’était impossible, alors ils l’ont fait ! C’est, en reprenant les mots de Mark Twain, l’état d’esprit qui doit nous animer pour donner un nouvel élan à notre pays, cette volonté vigoureuse de sortir des habitudes et des cadres établis afin d’aller plus loin ensemble.
J’ai rencontré plusieurs hauts responsables de l’Etat au cours des dix derniers jours pour parler avec effet de sa transformation. J’ai été frappé par leur désabusement et leur défaitisme sur ce qui constitue une nécessité absolue. Car si l’Etat n’est pas réformable, il est condamné et sera bientôt ubérisé. Je suis convaincu qu’il mérite d’avoir un meilleur destin et que nous pouvons lui offrir si nous en prenons les moyens. Cela exige d’agir vite !
La situation honteuse du lycée Gallieni de Toulouse, la bataille de rue hier soir à Calais et la sensible remontée des taux d’intérêts sur nos toutes dernières émissions de dette publique viennent encore de démontrer, en moins d’une semaine, qu’il faut à la fois restaurer l’Etat en de nombreux points du territoire, concentrer ses moyens sur ses priorités principales et réduire, de façon sélective mais déterminée, ses dépenses pour amorcer enfin la décrue de la dette publique.
C’est pour cela qu’il manque le principal aux mesures annoncées hier par le Premier ministre : la vision. Il est bon que le gouvernement s’attaque enfin au sujet de la dépense publique. Mais l’annonce d’un plan de départs volontaires ne peut pas résumer la réforme de l’administration ! L’enjeu est moins aujourd’hui d’annoncer de futures réductions d’effectifs que de définir et mettre en place l’Etat dont la France a besoin pour faire face aux défis qui sont les siens et pour assurer une action publique efficace.
Aucune transformation véritable ne pourra réussir sans que l’exécutif explique clairement aux Français, qui viennent de réitérer leur attachement profond au service public, où il veut les mener et en quoi les mesures annoncées serviront l’amélioration de la vie de tous sans privilégier une catégorie particulière de la population. La défiance populaire à l’égard du pouvoir, dont témoignent les derniers sondages publiés mardi et hier, trouve sa première source dans ce

  Source: la-france-en-marche.fr  

Voir sur le site du Parti de la France