Chers Amis,
Il faut regarder la réalité en face. Nous vivons une véritable crise de régime.
Tout un système vieux de presque 60 ans, est aujourd’hui au bord de l’effondrement. Derrière les affaires, les jeux d’appareils et les dernières trahisons, c’est une classe politique aux abois, en lutte pour sa survie qui apparaît au grand jour. La force présumée des institutions ne pourra cacher longtemps la réalité. Elles ne fonctionnent plus.
Le refus de Jean-Luc Mélenchon et d’Emmanuel Macron de participer au débat du 20 avril révèle candidats qui fuient le débat et préfèrent se concentrer sur leur pré carré électoral plutôt que de parler à l’ensemble du peuple français.
Depuis le début de la campagne, il manque cruellement à tous ces prétendants le sens de l’intérêt national, comme de celui de l’Etat. Cette situation est dangereuse. Elle favorise l’abstention et le vote Le Pen. Comme souvent en matière électorale, la vérité vient de l’étranger. Je peux vous confirmer, sur le fondement de mes contacts quotidiens, qu’à moins d’un mois du premier tour de la présidentielle, la menace Le Pen y est prise très au sérieux.
C’est pour cela que je continue, et que je vais continuer pendant les trois prochaines semaines, à militer pour un report de l’élection présidentielle, seul moyen de sortir de l’impasse actuelle et du terrible dilemme dans lequel se trouve plongée une grande partie des électeurs. Les candidats actuels ont montré leurs insuffisances. Il est encore temps d’en tirer les conséquences.
La dynamique, qui souffle aujourd’hui sur notre pays, montre ce dont il est capable. Le fait que nous n’avons plus de véritable gouvernement, ni de Parlement depuis 6 mois, y est pour beaucoup. Voilà longtemps que les acteurs économiques n’avaient pas été inquiétés ou paralysés par de nouvelles lois ou des réglementations inutiles ! L’effet est clair. Il est très positif. C’est une preuve de plus qu’un État moderne, pour être efficace et utile, doit se concentrer sur ses missions essentielles en évitant la bureaucratie et la dispersion.
Un nouveau chef de l’Etat, assisté d’un nouveau gouvernement, devrait aujourd’hui se fixer trois priorités. Débloquer le pays en transformant et en reconstruisant

  Source: la-france-en-marche.fr  

Voir sur le site du Parti de la France