Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Calan se serait bien passé de ce coup de pouce désespéré. Juppé cherche à placer ses hommes
Jusqu’ici tapi dans l’ombre de la campagne pour la présidence des Républicains, Alain Juppé est sorti de sa réserve bordelaise mardi en s’affichant au côté de son poulain, Maël de Calan, à qui il a apporté son soutien « à titre personnel ».
Le maire de Bordeaux a donné une conférence de presse commune avec le candidat « juppéiste » du scrutin de dimanche prochain, dans un café proche de l‘hôtel de ville.
« Je ne fais pas campagne dans le cadre de cette élection à la présidence de LR, je n‘ai pas d’appel à lancer, mais à titre personnel, mon choix est fait et je lui apporterai donc mon suffrage », a toutefois tenu à lâcher le septuagénaire.
Alain Juppé a dit tout le bien qu’il pensait de son candidat, un inconnu, conseiller départemental du Finistère, « homme de droite, une droite humaniste », label de récupération, une usurpation partagée avec le PS.
Et un retour d’ascenseur : Calan lui avait apporté un « soutien sans faille » lors de la primaire de la droite et du centre pour l’élection présidentielle. 4,4 millions d’électeurs lui avaient préféré François Fillon. Le patron de Calan avait obtenu 28,56% de votes favorables contre 44,08% à son vainqueur.
Le protégé d’Alain Juppé a mené une campagne anti-Wauquiez
Maël de Calan, 37 ans, n’a pas vraiment fait campagne pour son camp. Il a mis toute son énergie à combattre le favori, Laurent Wauquiez, qualifiant de « clivant » le discours du favori de l’élection et négligeant l’ancienne porte-parole de François Fillon, Florence Portelli, également candidate. La stratégie d’un « humaniste » ?
Ce scrutin « doit permettre de dire à tous les adhérents, dont beaucoup hésitent à voter dimanche prochain et se demandent si les Républicains sont encore leur parti, que Les Républicains seront ce que nous en ferons », a déclaré le candidat, qui devait donner une réunion publique dans la soirée dans la proche banlieue bordelaise.
Le conseiller départemental semblait toutefois avoir déjà intégré l’idée d’une victoire du président de la région Auvergne-Rhône-Alpes.
Tout en se disant simple observateur, dès le mois d‘août, Alain

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer