Extrait de l’Édition du 26 mars 2018 Réinfo, journal d’information bimensuel du Parti de la France

Il y a de quoi énerver les bien-pensants et les bobos. Quatre années de sanctions économiques, pour faire chuter le niveau de vie des Russes et créer un sentiment de mécontentement dans la population, à l’égard de Vladimir Poutine. Un interventionnisme politique de tout instant, pour l’isoler sur la scène internationale. Une russophobie et une désinformation permanente dans les médias mainstreams occidentaux, pour faire du russe la bête méchante qui menace nos libertés… Une ingérence qui frôle la déstabilisation, en soutenant des opposants internes, à grand renfort de fonds et de campagne de presse. Et rien n’y fait. La Russie a développé son « made in Russia » pour répondre aux sanctions économiques et a, du même coup, fait baisser son taux de chômage et reprit la première place mondiale de producteur de blé. La Russie regarde avec tristesse une Europe crevant sous le poids d’une immigration-colonisation, et elle renforce ses liens avec les BRICS, regroupant avec la Russie, le Brésil, l’Inde, la Chine et l’Afrique du Sud et représentant, excusez du peu, le tiers de la population mondiale, quatre des cinq premières puissances mondiales…   Le conservatisme-sain de Vladimir Poutine garde la côte dans les populations européennes qui ne se résignent pas à la mort de notre civilisation, et voit en lui le défenseur des valeurs traditionnelles de la chrétienté. Et en Russie… il est plébiscité. L’élection présidentielle qui vient de se dérouler dimanche dernier l’atteste. Avec une participation plus importante qu’en 2012, Vladimir Poutine est réélu avec 76,7 % des voix, soit une hausse de plus de 13 % par rapport à 2012 ! Même les populations urbaines de Saint-Pétersbourg et de Moscou, d’ordinaire plus critiques à l’égard du pouvoir, alors que ce sont elles qui profitent le plus de ses avancées économiques, ont massivement voté pour Vladimir Poutine. Les autres candidats n’ont pas su, malgré une campagne électorale que les observateurs étrangers reconnaissent ouverte et démocratique, convaincre les électeurs. Même le très influent Pavel Groudinine, candidat du Parti communiste de la Fédération

  Source: parti-de-la-france.fr  

Voir sur le site du Parti de la France