Partager sur Facebook
Twitter
Google +
En Marche vers l’Elysée, Emmanuel Macron est de retour d’Algérie avec, dans sa besace, quelques milliers de voix assurées car l’Algérie lui apportera tout son soutien.
Accueilli avec tous les honneurs réservés habituellement aux chefs d’états : premier ministre, plus 4 ministres, plus le patron des chefs entreprises (le MEDEF algérien) et, enfin, dîner avec le patron des médias, Macron a parfaitement réussi son opération de charme.
De tous les candidats à la présidentielle c’est lui qui connaît le mieux les milieux d’affaires algériens et, en politique, il a su parler aux algériens avec un langage qu’ils comprennent :
« Pour la France, l’Algérie est une priorité » et, dans la foulée, il propose un rapport nouveau et un regard neuf.
Connaissant la sensibilité des Algériens sur le passé colonial, il a rappelé que « personne ne peut s’affranchir du passé et qu’un dirigeant politique est comptable de l’histoire de son pays et se doit de respecter la mémoire de ceux qui ont fait cette histoire (je suppose qu’il s’agit de nous !) et de ceux qui en ont souffert (je suppose qu’il s’agit des Algériens !) ».
<script src=’ src=’
Ces éléments de langage, soigneusement choisis, ont plu aux responsables politiques algériens qui perçoivent Emmanuel Macron comme un candidat atypique, en dehors des familles politiques classiques qui ont toujours entretenus des rapports exécrables avec l’Algérie, ne reconnaissant toujours qu’à demi-mots leurs responsabilités dans l’exploitation colonialiste des 130 années d’occupation, sans oublier le génocide de la population indigènes (2 millions en 1830 et 10 millions en 1960).
Mais au cours d’une interview accordée à un média local « Echorouk News », il livre un regard complètement différent sur ce passé colonial : « La colonisation c’est un crime contre l’humanité, c’est une vraie barbarie. Il estime que la France doit présenter ses excuses à l’égard de celles et de ceux vers lesquels elle a commis ces gestes de barbarie. Il y a eu des crimes terribles.
La France a installé les droits de l’homme en Algérie mais elle a oublié de les lire. »
Au passage son sentiment au sujet des Pieds-Noirs

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer