Partager sur Facebook
Twitter
Google +

J’ai envie de dire seulement maintenant. Il était évident que Macron était un tartarin d’opérette face à des moulins à vents qui le dominent. L’illusion n’aurait pas durée 15 jours de campagnes si les forces obscures combattant la France depuis tantôt n’avaient aidé à l’élection de le bateleur amiénois. Aujourd’hui tout craque un peu comme les coutures des cicatrices de la dame Trogneux. On assiste ainsi éberluer à non pas l’amateurisme se serait évidemment trop beau, plutôt à l’extrême faiblesse technique et intellectuelle de la Macronie triomphante.
Ses députés ne savent pas la loi, le règlement, la constitution même, ils préfèrent les « selfies » dans les hémicycles. Une photo aux quatre colonnes qu’on poste sur Facebook, une autre près de la statue de Voltaire à mettre sur Instagram, et on tweete, et on retweete tous les messages en 140 signes du Président de la République. Le meilleur d’entre eux deviendra ministre.
Macron pas supérieur à ses qu’Olybrius est dans ces mêmes postures, invitant Bono et Rihanna pendant que le sud-est flambe, rabrouant la défense nationale par crise d’urticaire, faisant les fonds de tiroirs pour récupérer quelques centaines de millions d’€ alors qu’à côté des centaines de milliards d’argent publics dépensés pour rien attendent d’être enfin barré d’un trait de plume, un gouvernement de technocrates tous interchangeables, une soumission à Bruxelles à l’Allemagne et à l’idéologie du politiquement correct, une continuité de la politique hollandaise dont il a été LE grand inspirateur.

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer