Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Il y a quelques années, lorsque Nicolas Sarkozy, manquant de répartie, s’était emporté contre un visiteur du salon de l’agriculture qui refusait de serrer la main au président, les observateurs, unanimes, déclaraient que la fonction présidentielle venait d’être jetée de son piédestal, venait d’être désacralisée. Le président se rabaissait au niveau du citoyen ordinaire. L’espoir du peuple français était alors que le prochain locataire de l’Elysée soit moins normal et plus président. Malheureusement, avec François Hollande le président a glissé dans la normalité vulgaire. Une normalité qui le fera courir dans les rues de Paris, casque vissé sur la tête, pour rejoindre sa maîtresse. Il n’y avait alors plus de président mais un banal jouisseur de privilèges divers.
Hollande ne se représentant pas, la presse nous a vendu un candidat qui devait restaurer l’aura de la fonction présidentielle. C’est ce que nous autres, français ordinaires, attendions depuis longtemps. Le dynamique Emmanuel Macron, présenté comme un génie politique et des affaires, devait être l’homme providentiel.
Mais l’homme présidentiel désacralise davantage la fonction présidentielle que ses prédécesseurs. Tel un chien domestiqué, il suit le président américain Donald Trump sur de trop nombreux points. Comme il est loin le temps où la France refusait de suivre les USA dans une guerre dévastatrice et non nécessaire. Tel le lâche qu’il est, notre président se tait devant plus costaud que lui mais fait la leçon à un collégien de 14 ans. Il est bien loin le temps où les politiques savaient répondre courtoisement et intelligemment. Tel l’inculte qu’il est, il invite des danseurs homosexuels à l’Elysée pour la fête de la musique. Il est tragiquement loin le temps où, pour célébrer la musique, l’hôte de l’Elysée invitait dans la cours du palais les officiels d’un pays et où des musiciens français et d’autres du pays invité jouaient, dansaient ou chantaient ensemble, démontrant ainsi l’union de la France avec ledit pays.
En dérogeant à la tradition élyséenne, l’actuel président de notre si belle patrie a prouvé que toute sa politique est tournée vers les minorités revendicatrices et non vers l’international. En invitant

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer