Partager sur Facebook
Twitter
Google +

Il y a aujourd’hui quatre France séparées par le regard que Narcisse-Jupiter jette sur elles. Il y a celle de tout-en-haut au point souvent d’être ailleurs, la France de ceux qui ont réussi, qui sont dans les affaires, qui ont des capitaux mobiliers à risque, et qui butinent d’un risque à l’autre. Vers eux vont les regards énamourés et les cadeaux fiscaux, la suppression de l’ISF devenu un impôt sur la fortune immobilière, la flat-tax à 30% pour les revenus et les plus-values du capital mobilier, et cerise sur le gâteau, la suppression de l’exit-tax, pour ne pas pénaliser ceux qui quittent le pays, avec l’argent qu’ils y ont gagné. Cette discrimination en faveur des très riches, dont la richesse est très mobile, ruine ce qui aurait pu être une politique libérale qui aurait supprimé totalement l’ISF, généralisé la flat-tax et maintenu le bonus accordé aux capitaux qui viennent par rapport à ceux qui partent. L’idée que les riches sont utiles au pays est une évidence, plus grande encore dans un pays qui est chef de file dans l’industrie du luxe. Mais lorsqu’on limite les avantages à la richesse nomade, et que, par ailleurs, on ne réduit nullement la dépense publique, la mesure devient injuste et inefficace : injuste, car il faudra bien compenser les pertes de recettes, et ce sont bien sûr les autres contribuables qui en feront les frais ; inefficace, car on ne relance pas la vitesse d’un quadriréacteur sur un seul moteur. Les autres auront bien raison de tousser.
A l’autre bout, il y a la France marginale. Elle aussi n’est pas tout-à-fait dans le pays. Elle vient d’ailleurs, tire ses ressources d’activités illicites, de trafics qui passent les frontières et crée à l’intérieur du territoire des enclaves où la police et les services publics sont mal tolérés parce que d’autres règles se sont substituées à la Loi, et qu’un marché parallèle échappant au fisc procure des revenus et des « emplois ». Pour elle, Narcisse-Jupiter n’a qu’un regard fuyant, vers ceux qui fuient, justement, pour échapper à ce qu’il appelle de

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer