Partager sur Facebook
Twitter
Google +
Dans cette période électorale, la presse n’a pas cru bon de développer le fait que le policier Xavier Jugelé a été une victime, certes du terrorisme islamique, mais aussi du laxisme de la justice. Le mot d’ordre de Christiane Taubira: « La prison n’est pas la solution, elle est le problème » a fait énormément de dégâts et devrait faire réfléchir les Français qui s’apprêtent encore à voter pour Emmanuel Macron. Il est à craindre, en effet, que ce dernier, très à gauche « sociétalement » parlant, ne poursuive la politique judiciaire laxiste du quinquennat Hollande.
A ce sujet, voici un article extrait du dernier Bulletin d’André Noël n°2514 paru le 24 avril 2017 :
Le tueur islamiste des Champs-Elysées aurait dû être en prison !
Après l’attentat islamiste perpétré sur les Champs-Elysées contre des policiers et qui fit un mort et trois blessés, le premier ministre a eu le front d’accuser … Marine Le Pen et François Fillon d’instrumentaliser cette sanglante tragédie à des fins électorales. Comme si la sécurité des Français et la lutte contre le terrorisme islamiste n’étaient pas déjà en eux-mêmes un enjeu électoral important !
D’ailleurs, cet enjeu-là a remplacé le chômage dans la hiérarchie des préoccupations des Français. Si l’on suit le premier ministre, il faudrait donc neutraliser cette question dans le débat présidentiel, comme s’il était indifférent de savoir quel est l’homme ou la femme qui auront la force de caractère, la détermination et la volonté de mettre en oeuvre tous les moyens pour vaincre Daech !
Quelques jours auparavant, François Hollande avait cru pouvoir se vanter de « laisser la France dans un meilleur état » que celui qui était le sien lorsqu’il a accédé au pouvoir. Dans ce bilan auto-satisfait et « globalement positif », comme eût dit feu Georges Marchais de l’URSS, Hollande passe tout simplement par pertes et profits – hors bilan ! – les 247 personnes assassinées par les islamistes sous son quinquennat, sans compter les milliers de blessés parfois mutilés à vie. C’est sans précédent et ce n’est pas la faute à « pas de

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer