Le garde du corps et la cheffe de cabinet de Marine Le Pen, visés par l’enquête sur des soupçons d’emplois fictifs des assistants du FN au Parlement européen, ont été placés en garde à vue, ce mercredi 22 février.

Après François Fillon, Marine Le Pen est à son tour gênée par une affaire d’assistants parlementaires en pleine campagne présidentielle : son garde du corps et sa cheffe de cabinet étaient entendus par la police sur des soupçons d’emplois fictifs au Parlement européen. Selon nos informations, ils ont été placés en garde à vue, ce mercredi 22 février. La cheffe de cabinet de Marine Le Pen, Catherine Griset, a été mise en examen du chef de recel d’abus de confiance dans l’enquête sur des soupçons d’emplois fictifs au Parlement européen, a-t-on appris mercredi de source judiciaire. La garde à vue du garde du corps de la candidate Front national à l’élection présidentielle, Thierry Légier, a en revanche été levée sans qu’il soit présenté aux magistrats instructeurs en l’état, a précisé cette source. Marine Le Pen dénonce une “cabale politique” La candidate du Front national  pour l’élection présidentielle a aussitôt dénoncé une “cabale politique”. “Les Français savent exactement faire la différence entre les vraies affaires et les cabales politiques. Ils le savent pertinemment”, a-t-elle déclaré en marge d’un déplacement en Seine-et-Marne, dans une allusion directe à l’affaire qui vise le candidat de la droite sur des soupçons d’emplois fictifs de son épouse Penelope Fillon et de ses enfants quand il était député et sénateur.        Invitée du Journal Télévisé de TF1 ce mercredi 22 février, la présidente du Front national s’est une nouvelle fois montrée très offensive. “Je conteste formellement les faits qui nous sont reprochés (…) La justice n’est pas un pouvoir, c’est une autorité, elle ne doit pas venir perturber, pour une enquête qui pourrait se dérouler plus tard, qui aurait pu se dérouler avant, la campagne présidentielle, car c’est un moment démocratique important, fondamental dans notre pays”, a encore dit la dirigeante d’extrême droite.   En parallèle, le Parlement européen réclame à Marine Le Pen, élue dans

  Source: parti-de-la-france.fr  

Voir sur le site du Parti de la France