Partager sur Facebook
Twitter
Google +
C’est beau la Macronie, on fait croire que tout change, que toutes ces règles absurdes dont abusaient les élites disparaîtraient car on rentre dans l’ère moderne de la prétendue transparence. Celle qui abolissait tout type de privilège. Evidemment on sait tous que ce n’était que des histoires qu’on raconte aux enfants. Cela n’existe pas en république, puisque les avantages dispendieux sont toujours pris aux uns pour les donner aux autres, ceux qui sont du bon côté du manche tout simplement. C’était bien naïf que de le croire.
Les élites changent mais leur façon de faire jamais, souvent même les élites nouvelles ont des fonctionnements bien pires que celles qu’elles remplacent.
Voyez la dernière et vous vous en rendrez compte, ainsi, « A partir du 1er janvier, les députés pourront louer des logements dans la capitale… et se faire rembourser par l’Assemblée nationale. »
Reste à déterminer le montant de ces locations. « Certains députés évoquaient l’option de locations de courte durée, d’appart-hôtels ou de studios, en fixant un plafond de 1 200 euros par mois », expliquait-il à franceinfo le mois dernier. Le montant a été retenu par Florian Bachelier, qui précise qu’au-delà, le surplus sera remboursé au titre de l’indemnité représentative de frais de mandat (IRFM). 
L’Opinion révèle également d’autres nouveaux avantages actés « en catimini » par les questeurs de l’Assemblée, le 5 décembre dernier. Outre cette mesure, les députés bénéficieront également d’un forfait unique de 18 950 par an pour le courrier, le téléphone et le taxi. Une enveloppe globale, donc moins transparente. Par ailleurs, la prise en charge par l’Assemblée des frais de taxi ou de VTC a été étendue sur l’ensemble du territoire, alors que ce n’étaient le cas jusque-là que pour Paris et la petite couronne. 
Evidemment tout ça n’a pas fait l’objet d’une médiatisation accrue, donc partagez cet article ce serait bête que les Français ne sachent pas ce qu’il en est de leurs élus.

  Source: lagauchematuer.fr  

Voir sur la gauche m'a tuer